Mardi 26 février 2013 à 14:25

http://nurse-tony.cowblog.fr/images/IMG0274.jpg Ma plume court sur le papier encore une fois, expression scripturale du démon intérieur infâme qui m’habite. Celui de la peine, de la douleur, de l’humiliation, celui qui croit utile de pousser le destin à faire plier le peu de tôle de bonheur qui couvre le toit de sa vie.

 

Je n’ai pas confiance en moi, je suis un être putréfié d’un sentiment de solitude immense. Je suis celui qui espère, croit, tente et toujours se prend la branlée que l’amour semble aimer lui donner. Celui qui ne sait aimer qui il faut. Celui qui ne peut se battre sans s’arracher le cœur.

Mon cœur est une faïence ébréchée par les coups du temps, la porcelaine fendue de mon péricarde pisse dans la poitrine qui me sert de centre. Mon centre souffre, mon centre pleure, mais il souhaiterait s’accrocher à rien. Je suis un Apollinaire, perdu au milieu de milles hommes comme lui perdu dans ses milles romances.

Je vais crever seul, d’une maladie émergente et agressive, comme lui. Je vais écrire des tonnes de choses, dans le vide, et n’aurais jamais la reconnaissance que j’ambitionne.

Mon cœur veut s’accrocher, mon cerveau lui hurle de ne pas se jeter dans ce lac de souffrance qui l’attendent. Mon cerveau est raisonnable, mon cerveau me crie que je dois cesser de m’accrocher à lui, il s’adresse à moi d’une petite voix fluette qui couvrent à peine les appels désespérés de mon cœur en mal d’amour.

Encore un chagrin d’amour, un de plus.

Je vais me concentrer sur l’Allemand et vider mon cœur de tout son irraisonnable être.
 

Par alyane le Mardi 26 février 2013 à 21:01
Ton coeur est ébranlé, mais il a la capacité de se remettre.
Par Kyra le Mercredi 27 février 2013 à 18:38
Attend, quoi ? C'est avec le Nazi que ça part en couille ?

En tous cas, fonce mais protège toi.. L'amour a ses raisons que la raison ignore. :)
Par Madness.of.Love le Dimanche 3 mars 2013 à 22:26
L'amour c'est toujours comme ça, à un moment ou à un autre. J'ai toujours essayé d'écouter mon cerveau, en bonne rationnelle que je suis, mais parfois on a trop de mal à être rationnel, parfois on sait que ça ne changera rien, qu'être raisonnable risque d'empirer les choses. Alors on se jette droit vers le chagrin d'amour parce que le chemin pour y parvenir est délicieux...

Fais attention à toi, quand même.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://nurse-tony.cowblog.fr/trackback/3232093

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast